Souvenirs du Pathé Paris (1)

The Truman Show

1998. « Lorsque je suis arrivé à Nice en 1998 j’avais 21 ans, et pour la première fois j’habitais seul, ce qui me permettait d’aller au cinéma autant que je voulais. En 98-99, sortaient des films aujourd’hui devenus cultes que je découvrais en avant-première au Pathé Paris. C’est dans ce cadre que j’ai pu voir The Truman show [affiche ci-dessus] et Fight club… Sans savoir à quel point un nouveau monde s’ouvrait à moi. »

1999. « Je ne me souviens pas distinctement de la séance d’Existenz mais je garde en mémoire le sentiment d’inquiétude et l’ambiance malsaine provoqués par la musique d’Howard Shore. Comme si j’avais fait l’expérience d’un univers gluant et sale, d’un monde intime interdit, qui a continué de me poursuivre après le film. Le trouble… »

2000. « Chaque année la ‘Fête du cinéma’, qui à l’époque était à 10 francs, marquait l’occasion de faire un marathon de films. Parfois je découvrais des joyaux mais il faut bien avouer que j’ai vu aussi pas mal de navets, dont Terror Tract et Battlefield earth que je n’aurais sans doute jamais vus autrement ! »

Résultat de recherche d'images pour "defiance zwick"2009. « C’est l’année où je me fais opérer des yeux pour supprimer ma myopie. La lumière devient si agressive que je ne peux plus regarder longuement un écran. Au terme de deux ou trois semaines, je me décide de retourner au cinéma, et pour la première fois de ma vie je me retrouve au dernier rang, avec des lunettes de soleil ! C’était pour Les Insurgés [ci-dessus] d’Edward Zwick. »

2015-2016. « Le Pathé Paris a toujours été pour moi le ciné des séries B en VF qu’on partage entre copains. On y voyait les Urban legend et les films fantastiques. Parmi mes meilleurs souvenirs figurent The Visit et Dans le noir, deux séances d’angoisse et de rires à gorges déployées. »

2017. « Là on touche à quelque chose de vraiment personnel. Après la séance en salle 4, à l’étage du cinéma, de Quelques minutes après minuit [affiche ci-contre], le conte de Juan Antonio Bayona sur le deuil d’un parent, on a pu me voir sortir et fondre en larmes dans les bras de ma copine. Un truc indicible m’a frappé en plein cœur. C’est ça aussi le cinéma, un film qui touche une corde sensible sans prévenir. »

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Raphaël, Nice, 2019.

2 réflexions sur “Souvenirs du Pathé Paris (1)

  1. Ping : Souvenirs du Pathé Paris (2) – Association Prise 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s