Les petites mains de Villefranche-sur-mer (1)

Marcel Occelli (2)Marcel Occelli (1)

« J'ai connu, par mon activité, mais sans les fréquenter, Marcel Occelli et son épouse à Villefranche, où j’ai travaillé pendant plus de quinze ans, au début des années soixante-dix. Je garde d’eux un excellent souvenir. C’était un couple charmant, très sympathique, que j’ai toujours vu uni et de bonne humeur. Je les croisais souvent dans la rue ensemble… Lui, était, j’oserais dire, comme tiré à quatre épingles, tant il présentait bien. Elle, avait, je crois, les cheveux bouclés, d’un roux automnal. Marcel me parlait beaucoup de son métier qu’il adorait. C’était un maquilleur très demandé, surtout à la grande époque de la Victorine. Je sais qu’il a travaillé aussi longtemps qu’il l’a pu… Je me souviens qu’il m'avait dit une fois, et je ne l'ai jamais oublié, que j'avais une démarche que bien des stars de cinéma pouvaient m’envier ! J’avais trouvé ça très flatteur de sa part, lui qui en avait approché, et maquillé, tant d’actrices et d’acteurs ! A la fin des années quatre-vingt, mutée dans une autre ville, j’ai dû définitivement quitter Villefranche. Depuis ce jour, hélas, je ne les ai jamais revus. » - Mikkaela Quinn, 2019.

Maquilleur villefranchois réputé et apprécié, Marcel Occelli, que nous avions déjà évoqué à la publication d’une photo de Profession : aventuriers, était un grand habitué des Studios de la Victorine à Nice depuis les années cinquante.

Nous vous présentons ici le souvenir d’une connaissance de Marcel Occelli et deux photos de lui à l’œuvre sur un tournage non identifié mais certainement local – photos de nouveau prêtées par la section photo-cinéma de l’Amicale de Villefranche – et sa filmographie partielle comme maquilleur (*) et chef maquilleur (**). Parmi les titres cités, tournés en France en totalité ou en partie, presque tous le furent à la Victorine dont Jacques Brel is alive and well and living in Paris, celui-ci notamment dans les anciens décors du film Lady L.

Filmographie

1952, La Femme à l’orchidéede Raymond Leboursier et La Vérité sur Bébé Donged’Henri Decoin [crédité « M. Ocelli »] / 1954, J’avais sept fillesde Jean Boyer / 1955, M’sieur la Cailled’André Pergament / 1959, L’Île du bout du monded’Edmond T. Gréville / 1962, Lemmy pour les dames** de Bernard Borderie / 1963, épisode « The Director » réalisé par Richard Kinon de la mini série Harry’s Girls* / 1967, La Blonde de Pékin* de Nicolas Gessner / 1973, Profession : aventuriers** de Claude Mulot / 1974, La Grande nouba** de Christian Caza (Ardan) / 1975, Jacques Brel is alive and well and living in Parisde Denis Héroux et Le Sexe à la barrede Georges Cachoux /

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s