Catherine Deneuve, vision alpine… (2)

Aller à la première

« Clara » dans Le Chant du monde (1965), d’après Giono

Le Chant du monde
Avec Hardy Krüger.

Et « Clara » en tableau…

Serge Fiorio, illustration du Chant du monde
Serge Fiorio, scène d’accouchement de Clara dans Le Chant du monde de Jean Giono (1935, 180 x 170).

« C’était la reproduction d’un tableau comme je n’en avais jamais vu. 

Un sujet central y était peint dont on ne voyait que la robe somptueuse dans sa simplicité, tant le visage lisse que celle-ci éclairait importait peu dans le fond.

Autour de cette physionomie énigmatique parce que sans expression, une demi-douzaine de personnages en demi-cercle figuraient le chœur d’une tragédie muette. (…)

Tyde [Monnier] me dit que la robe de la jeune femme était bleue et que ce bleu inouï lui avait donné envie d’écrire une pièce de théâtre dont l’ébauche était éparpillée sur la table et qu’elle l’appellerait Joïa.

Cette femme en robe bleue, me dit-elle encore, c’était Clara, l’aveugle du Chant du monde, représentée sur le point d’accoucher parmi la forêt et les bêtes. Derrière elle se tenaient les arbres du monde et les êtres du monde et il ne fallait pas prêter longtemps attention, surtout lorsqu’on a dix-sept ans, pour les entendre chanter. »

Pierre Magnan, Mes rencontres avec l'œuvre.

 

Publicités

Cinéma en haute Provence : Jean Giono

Première entrée consacrée aux films tournés dans les Alpes de Haute-Provence et les Hautes-Alpes, nous commencerons par ceux tirés de Jean Giono et écrits, voire mis en scène, par Giono lui-même.

Vous trouverez dans la playlist « Cinéma en Provence » un document sur le tournage de « L’Eau vive », la bande-annonce en occitan du « Hussard sur le toit » ainsi qu’un documentaire sur l’adaptation du « Hussard » au cinéma.

leau-vive
Affiche de « L’Eau vive » (1958) de François Villiers.
cresus
Marcelle Ranson-Hervé et Fernandel dans « Crésus » (1960) de Jean Giono.
le-chant-du-monde
Affiche du « Chant du monde » (1965) de Marcel Camus.
les-ames-fortes
Laetitia Casta dans « Les Âmes fortes » (2001) de Raoul Ruiz.