« Je me souviens avoir vu…

Tournage, photo Nice-Matin, 21 juin 2001
Photo de Richard Ray pour « Nice-Matin », première image de La Repentie publiée le 21 juin 2001.

… Isabelle Adjani pendant le tournage de La Repentie en 2001 à Nice. Alors que les techniciens préparaient les décors sur la zone piétonne, Isabelle, toute vêtue de noir, était assise dans un coin en train de relire son scénario. Pétrifié à l’idée de l’approcher pour faire des photos, je me suis tenu à distance et j’ai utilisé mon zoom. Pas mal de badauds passaient devant elle, attirés par l’agitation du tournage, or personne ne l’a une seule fois remarquée. Personne ne s’est imaginé que cette femme en noir, sagement assise en attendant sa scène, c’était Isabelle Adjani. »

Denis, Nice, 2018.
Publicités

« La Repentie » au Tajine

Ancien local restaurant Le Tajine
(1) Bâtiment de l’ex-restaurant Le Tajine, puis de l’hôtel Santa Lucia, en 2015 (photo Prise 2).

Après « La Fête espagnole » dans notre article précédent, nous faisons un très grand bond en avant, de plus de 80 ans, avec le tournage d’une autre fête, cette fois marocaine, celle du film de Laetitia Masson, « La Repentie », qui signait en 2002 le retour au cinéma d’Isabelle Adjani.

Tourné à Nice principalement au Negresco, sur la plage et sur la Promenade des Anglais, d’autres vues et rues de la ville furent également exploitées pour le film.

Des lieux bien connus des touristes, la gare centrale et, juste en face, l’Hôtel Interlaken, ou les boutiques de luxe de la rue Paradis (zone piétonne), et ceux seulement des autochtones, en périphérie, le marché de l’ex-Sonacotra (foyer dont on vient d’annoncer la disparition) et, à l’Ouest de la gare, le restaurant Le Tajine, au 74 boulevard Gambetta, à flanc du Consulat d’Italie.

Le restaurant fermera quelques temps après le passage du film pour devenir un hôtel, le Santa Lucia, qui mettra à son tour la clé sous la porte, circa 2010 (photo 1). Son bâtiment fut très récemment rénové et modifié pour accueillir des logements individuels et est désormais rattaché à une annexe plus haut sur le boulevard (photo 2).

Ancienne situation du Tajine
(2) Le 74 boulevard Gambetta de nos jours.

La fête marocaine de « La Repentie » est sans nul doute l’une des séquences les plus réussies et inattendues du film. Nous vous invitons à lire les pages ci-dessous évoquant son tournage par Michèle Halberstadt, productrice du film, tirées de son livre Adjani aux pieds nus. Journal de « La Repentie«  (Calmann-Lévy, 2002).

(2)(3)(4)

(5)